Sherif Jackson (sweet water)

Shérif Jackson : Affiche

de Noah et Logan Miller

January Jones, Ed Harris, Jason Isaacs

3.5/5

Dans l’ouest américain au 19e siècle, Sarah a mis un terme à son passé de prostitué en épousant Miguel. Ensemble, ils ont acheté un lopin de terre et s’évertue à cultiver les terres. La seule ombre à leur bonheur, ce sont les autres, entre des marchands et banquiers malhonnêtes et le notable du coin, Josiah, qui se prend pour un messie à prêcher la bonne parole, tout en jouant les gourous sectaires, Josiah aimerait bien se débarrasser de Miguel et faire de Sarah sa troisième femme. Au même moment, le Sherif Jackson arrive en ville et met à la porte le shérif local. Il enquête sur la disparition de deux hommes, dont le beau frère du gouverneur. Son enquête l’a conduit dans cette petite ville et il devine tout de suite que Josiah est le meurtrier des deux disparus.

J’étais partie pour voir Prisoners, mais les horaires ne correspondaient pas trop avec ceux de mon boulot, sans compter que le film dure 2h30 alors que Sherif Jackson a la bonne idée de ne durée qu’1h30. Sans compter qu’en générale, j’aime beaucoup les westerns.

Sherif Jackson : Photo

Le film regroupe un excellent casting, January Jones est pleine de retenue, de calme, tout en étant le bras de la vengeance pure et simple, tirant sur des hommes comme si de rien était, éparpillant les cadavres sur sa route. Sarah ne se faisait pas d’illusions, pas de paradis idyllique, juste une vie simple et honnête avec un homme qu’elle aime, tout en travaillant dure dans les champs, mais du moment où elle perd la seule personne qui l’a rattachait à cette nouvelle vie, Sarah n’a plus rien à perdre, pas même son âme et la vengeance devient son nouveau mode de vie et avec talent.

Sherif Jackson : Photo

J’ai particulièrement aimé le personnage du Shérif, joué par Ed Harris, un shérif qui n’a peur de rien, qui aime surprendre, un peu excentrique pour certains, complètement cinglé pour d’autre, lui aussi semble être un individu qui n’a rien à perdre, qui a tout vu et tout perdu dans sa vie, et qui vit à la frontière de la folie peut être.

Sherif Jackson : Photo Jason Isaacs

Le méchant du film est lui plus classique, le psychopathe obsédé qui cache ses démons derrière son rôle de prêcheur bidon, qui lui permet de réunir des fidèles serviteurs, esclaves de la bonne parole. On a l’habitude de voir Jason Isaacs dans le rôle de méchant cinglé, donc de ce coté ci, pas trop de surprise.

Si le scénario est plutôt classique (un personnage dans l’ouest sauvage américain qui perd tout et trouve un sens à sa vie dans la vengeance), j’ai trouvé que la force du film résidait dans les deux personnages principaux, celui de Sarah et celui du shérif, interprété par deux très bons acteurs. Reste aussi de très beaux paysages, parfaitement filmés, et une fin sans réelle conclusion, que l’on pourrait jugée cynique si elle ne collait pas à une réalité tout à fait crédible, loin des fins de westerns classique.

Advertisements

2 thoughts on “Sherif Jackson (sweet water)

  1. Bonjour Trillan, je vais y aller ce soir avant qu’il ne soit trop tard car a priori, le film ne va tenir l’affiche longtemps (surtout avec La vie d’Adèle). La BA m’a plu. Et sinon, Prisoners, c’est très bien: vu samedi, Bonne journée.

    • j’aime bien ce genre de western, une idée de base classique mais un traitement plus moderne. Pour prisoners, décidément j’ai pas de chance, j’ai voulu aller le voir samedi mais la séance était complète, du coup je ne sais pas quand je pourrais le voir…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s