Call the midwife

série anglaise

saison 1

6 épisodes

Dans les années 50, dans l’east end londonien, une poignée d’infirmières sages femmes suivent et accouchent les futures mères. Jenny Lee, nouvelle dans le métier, Chummy, issu d’un milieu aristocratique, la séduisante Trixie, ou la timide Bryony. Elles sont logées à st Nonantus, un couvent de bonnes sœurs, elles aussi chargées d’aider les femmes à accoucher. Tous les jours, elles sont confrontées à la pauvreté, les grossesses et accouchements difficiles, arpentant les rues de Poplar.

Lors de mon dernier séjour à Londres, je suis tombée sur la saison 1 pas chère du tout et j’en ai profité pour me l’acheter. Une fois commencée, les épisodes s’enchainent vite, j’avais hâte de retrouver les infirmières et les nonnes de Poplar tous les soirs.

L’un des points forts de la série, c’est que tout les personnages sont attachants, jenny la nouvelle, qui va découvrir la pauvreté, Chummy, la maladroite, au gabarit hors norme qui aura une romance touchante avec un policier et qui apporte pas mal d’humour, ou encore sœur Monica Joan, qui parle de manière énigmatique, au point que l’on ne sait pas si elle devient folle, jouée par la très douée Judy Parfitt.

A chaque épisode, on suit de nouveaux cas, de nouvelles femmes enceintes qu’il faut suivre et soignée. On nous montre ainsi les méthodes d’accouchements de l’époque, les drames qui surviennent fautes de moyens plus modernes. J’ai été très intéressé par certaines des histoires que l’on voit dans les épisodes, comme cette mère d’origine espagnole qui a à son actif pas moins de 24 grossesses, et qui ne se lasse pas d’enfanter, la force et l’amour qu’elle a su donner à son nouveau né prématuré que personne ne voyait survivre, j’ai tremblé pour elle dans cet épisode, ou encore cette pauvre femme qui accouche d’un enfant noir suite à une infidélité et son mari qui fait comme si de rien n’était, trop content d’avoir un enfant, je l’ai trouvé très touchant!

Call the midwife nous parle de femmes donnant naissance passée la quarantaine, les moyens de contraception de l’époque, les adoptions forcées quand la mère n’est pas mariée, comme le cas de cette adolescente prostituée à qui ont retire de force l’enfant quelques jours après la naissance.

Mais on ne parle pas seulement de grossesses et d’accouchement, l’épisode le plus touchant reste l’épisode 3 dans lequel l’infirmière Jenny doit se rendre trois fois par semaine chez Joe, un vétéran qui a perdu sa femme et ses fils lors des deux dernières guerres et qui vit désormais seul dans la saleté. Le personnage de Joe et sa relation avec Jenny sont vraiment très émouvants.

La série se laisse donc voir avec plaisir, les personnages sont tous très attachants, et si certains passages sont parfois tristes, l’humour n’est pas absent pour autant, heureusement. Je verrais la saison 2 avec beaucoup de plaisir!

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s