festival days off à la cité de la musique

La cité de la musique, à la villette, présentait son festival Days off, en juillet dernier. La programmation était plutôt intéressante, et je m’étais pris deux places, pour voir Band of horses et two doors cinema club. J’ai un peu eu la flemme avec les photos, d’où le retard pour publier cet article!

Lundi 1er juillet, on inaugure avec Band of horses, qu’on avait déjà vu en concert au bataclan l’année dernière. J’avais beaucoup aimé leur concert, les membres du groupe sont vraiment attachants et sympathiques. Mais avant d’avoir droit à Band of horses, on doit d’abord passer par la case première partie.

Le concert de ce soir là est un peu particulier, c’est un concert acoustique, et chose un peu surprenante, il n’y a que des places assises, pas de barrière, pas de fosse, pas de public debout, on se croirait presque à un concert de musique classique. La première partie Lambchop, est un groupe américain, pianiste, guitares sèches, basse, batterie, c’est plutôt de la folk, un peu country soft, un peu jazz, pour faire court, c’est sympa à écouter mais assis dans un bon fauteuil au coin du feu, avec un roman sur les genoux; entre la lumière tamisée, la lenteur et la monotonie des chansons, et le fait qu’on soit assis, j’ai bien failli m’endormir…

vlcsnap-2013-08-06-13h40m16s151 vlcsnap-2013-08-06-13h41m17s255

Après 20 minutes d’entracte, c’est le tour de Band of horses, pour un concert acoustique donc. Je suis quand même surprise de voir que tout les instruments ont été installés de manière ramassés et rapprochés, se concentrant sur une petite partie de la scène. Les musiciens sont aussi donc tous proches les uns des autres. Le concert aura duré 1h15, (lambchop, la première partie, étant restée une bonne heure sur scène…) un peu court mais au final pas frustrant du tout, on a eu droit à tous leurs gros tubes comme la très jolie Evening kitchen, No one’s gonna love you, Is there a ghost et la célèbre The funeral. En acoustique, tout prend une dimension différent, c’est plus silencieux, moins éparpillé, plus lent aussi, mais jamais ennuyeux ou mou, loin de là, et les membres du groupe nous ont montré encore une fois à quel point ils sont sympathiques. Ils communiquent pas mal avec le public et aussi entre eux. Mais même si on apprécie de pouvoir rester assise et de pouvoir reposer les articulations, ça fait quand même bizarre de passer un concert entier assis sans pouvoir une fois se lever, ça créer une petite frustration renforcée par le coté solennel du public, qui ne mouftera pas une fois, personne ne reprend en chœur les refrains des chansons les plus connues, et personne n’accompagne les chansons en frappant des mains, tout le monde applaudit qu’à la fin des chansons, comme si personne ne voulait déranger le son provenant de la scène!

vlcsnap-2013-08-06-13h42m20s117

Le mardi suivant, je suis repartie à la cité de la musique pour voir two doors cinema club. Cette fois ci ce n’est pas un concert acoustique, tout le monde est debout, pas de place assise en fosse. On arrive donc à la fin de la première partie plutôt sympa, avec un chanteur qui me rappelle vaguement la dégaine du leader du groupe Kasabian. Pour être arriver tardivement, on est tout de même pas loin de la scène. Le concert des two door est à l’image de leurs albums, c’est entrainant, rythmée, mais aussi assez répétitif. Pas mal de leurs chansons se ressemblent sur le plan musicale, et j’ai même crut une fois qu’ils nous rejouaient deux fois la même alors que non. Sur scène, ça reste sympa à voir, mais j’en garderais pas un souvenir mémorable. Coté public, on peut pas dire que j’ai été gâtée, avec un couple d’abrutis (y’a pas d’autre mots je pense), qui ont passé leur temps à se donner en spectacle. Lui a taper du pied sur le sol, à moitié plier sur lui même, comme si il voulait désespérément faire un trou dans le plancher, à claquer son talon (oui talon), contre le bois du sol comme un cowboy (il ne manquait plus que le hiiii haaa qui va avec), à prendre toute la place du monde comme si il était seul. Et elle à se remuer sur la piste comme si elle était en boite de nuit, à se frotter à son copain, et surtout à balancer sa chevelure de blonde dans tout les sens, comme si elle était l’égérie de l’oréal. Et les deux à regarder plus souvent le public que la scène, en espérant attirer tout les regards des autres, comme si leur but était de se donner en spectacle, bref, ridicule…finalement j’ai avancé de quelques pas pour ne plus les avoir dans mon champ de vision, et ça m’a fait un bien fou!

Ce qui est sur c’est que la salle de La cité de la musique possède une acoustique impeccable, le son était excellent que ce soit pour Band of horses ou pour two door cinema club, et que les lumières de la salle ajoute un petit quelques choses, je guetterais la programmation du prochain festival.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s