Miles Vorkosigan

de Lois Bujold MacMaster

4/5

coup coeur

On retrouve Miles, après trois ans passés à l’académie militaire. Il vient de recevoir son premier ordre de mission en tant qu’enseigne, avant de devenir lieutenant. Il doit prouver qu’il est capable d’obéir aux ordres et  à la hiérarchie. On l’envoi donc sur l’ile Kyril, un trou perdu au climat cauchemardesque. Il doit y tenir 6 mois afin de prouver qu’il n’a pas de problème d’insubordination. Mais au bout de quelques semaines, rien ne va plus pour Miles, qui se voit être le responsable d’une mutinerie.

J’ai découvert cette saga SF grâce à pandora, qui m’avait prêté il y a quelques années maintenant, le premier tome, Cordelia Vorkosigan, que j’avais adoré et que je n’arrivais pas à trouver en librairie. J’avais enchainé directement avec Barrayar, que j’avais tout autant aimé. Je ne sais pas trop pourquoi, j’ai attendu longtemps avant de me relancer dans la saga avec l’apprentissage du guerrier, le mois dernier. Surement peut être parce que j’étais un peu démotivée, sachant que Cordelia et Aral Vorkosigan ne seraient pas les héros, mais Miles, leur fils.

L’apprentissage du guerrier nous avait permis d’apprendre à connaitre le fils d’Aral et Cordelia, Miles Vorkosigan nous permet de le connaitre mieux et de prendre encore plus de plaisir à le suivre dans ces aventures et dans son intelligence.

Miles n’est pas un héros comme les autres, puisqu’il ne mesure qu’1m40, qu’il possède des os très fragiles, et qu’il est plutôt chétif, conséquence d’une exposition à un gaz toxique quand il était dans le ventre de sa mère. Physiquement diminué, il a, pour compenser, une intelligence hors norme et un sens de la stratégie plus que nécessaire pour évoluer dans le société de Barrayar, où les complots et autre manipulations sont monnaie courante.

J’ai encore une fois beaucoup apprécié les aventures de Miles dans l’espace, voir ces stratégies se mettre en place, voir ces doutes, j’ai adoré son amitié avec Grégor l’empereur, le voir reprendre les commandes des forces dendarii qu’il avait créer, le voir reprendre contact avec Elena, et voir Cordelia et surtout Aral s’inquiéter pour lui. La fin est pleine d’humour, j’ai rit plus d’une fois, je suis de plus en plus attachée à ces personnages, que j’espère revoir, même en arrière plan, dans les prochains tomes. Le suivant, Cetaganda, j’ai hâte!

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s