The grandmaster

The Grandmaster : Affiche

de Wonk Kar Wai

Tony Leung, Yhang Ziyi, Qingxiang Wang, Jin Zhang,

4/5

Dans les années 30, Ip man, qui excelle dans l’art du kung fu, est pressentie pour succéder au maitre du courant auquel il appartient. Ip man, alors agé de 40 ans, a toujours vécut dans l’aisance, le raffinement, il a une épouse qu’il aime et deux enfants. Pour devenir à son tour le maitre, il doit affronter son rivale, mais le combat que tout le monde attend n’aura pas lieux, la guerre avec le Japon met fin à leur préoccupations…

The Grandmaster : photo

La bande annonce m’avait beaucoup tentée, ça plus l’interview de Tony Leung et Zhang Ziyi vu quelques mois plus tôt. Le film nous raconte l’histoire de cet homme Ip man, connut pour avoir fait connaitre son art, un courant du kung fu, et pour avoir été l’un des maitres de Bruce Lee, à Hong Kong. On le suit de sa vie dans les années 30, richesse, belle épouse aimante, jeunes enfants en  bonne santé, Ip man a tout pour être heureux, sans parler que dans son art, pour lequel il se donne à fond, il est très respecté. Puis viennent les années 40 et la guerre avec le Japon qui envahit la Chine, Ip man va se retrouver dépouillé de ces biens et connaitre la pauvreté. En parallèle, on suit Gong Er, la fille du maitre d’Ip man. Elle aussi excelle dans l’art du kung fu.

The Grandmaster : photo

The Grandmaster : photo

Je suis tout de suite rentrée dans le film, même si le début est un peu laborieux, entre retenir qui est qui, qui fait quoi dans cette société particulière, et quels sont les enjeux, mais on comprend assez vite le tout. C’est, bien sur, magnifiquement filmé, on sent que WKW recherche la perfection visuelle dans chaque plan. Les costumes et les décors sont d’ailleurs sublimes.

The Grandmaster : photo

Les combats sont filmés, sous la pluie, sous la neige, les scènes de combats ne sont pas si nombreuses que cela, mais elles durent assez longtemps et sont assez impressionnantes visuellement. J’ai surtout adoré le combat sur le quai d’une gare, sous la neige, entre Gong Er et Ma San, ou encore les petits combats auxquels se soumet Ip Man, au début du film.

The Grandmaster : photo

Je pensais au départ, que le scénario se contenterait de nous raconter les préparatifs et le combats entre les deux prétendants à la place de maitre, mais ce combat n’aura même pas lieux, on suivra plutôt les bouleversements du à la guerre sino japonaise, et la vengeance de Gong er, les personnages prenant des chemins différents et ne se croisant presque plus une fois la guerre déclarée.

The Grandmaster : photo Zhang Ziyi

On nous montre la fin d’un époque, celle des années 30, son faste, son raffinement, ses richesses, son insouciance, pour passer à la pauvreté de la guerre et à la simplicité des années 50.

Tony Leung c’est la grande classe dans le rôle de Ip man, il est juste parfait, tout comme Zhang Ziyi, toujours aussi belle.

The Grandmaster : photo Zhang Ziyi

Le film aurait pu être culte, mais on sent un problème de montage. Le film aurait du durer 3 heures au lieu de deux, et quand on voit le résultat et la fresque que le réalisateur a voulu filmer, on devine que the grandmaster aurait bien mérité ces trois heures de films. On sent que WKW a du réduire son film a une version de deux heures, et qu’il a fait des coupes un peu à la tronçonneuse, certaines choses perdant de leur sens (le personnage de la Lame, par exemple), et c’est bien dommage, on sent que les coupes ont été faites grossiérement, comme une couturière pas très douée à qui on a demandé de recoudre un vêtement déchiré. Du coup, j’ai bien envie de voir la version originale du film, dans son entier et pas une version rapiécée de deux heures, faite pour ne pas effrayé le spectateur, c’est bien dommage.

Advertisements

4 thoughts on “The grandmaster

  1. @ori: oui dommage, on sent vraiment un problème de montage sur ce film, ça aurait pu être bien mieux, en trois heures ou alors avec un meilleur montage, ça reste quand même un très bon film!

  2. Bonjour Trillian, je ne savais pas que le film avait été tronqué d’une heure. Avec, sa durée de 2h, c’est déjà très bien même si certains personnages ne sont pas étoffés (comme La Lame). Visuellement, c’est une splendeur et il y a des scènes marquantes, comme celle de Gong Er, petite fille qui observe son père et fait ses premiers essais de kung-fu. (Billet à venir). Bonne journée.

  3. Oui apparemment il a été réduit à deux heures ce qui est dommage car comme tu le dis, certains personnages perdent de leur intérêt comme la Lame, je suis sur qu’il devait jouer un role plus important dans la version longue. mais visuellement c’est tellement beau, et les personnages principaux sont vraiment très intéressants à suivre. dommage que le montage fait perdre au film un peu de sa valeur;

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s