Shadow dancer

Shadow Dancer : affiche

de

Andrea Riseborough, Clive Owen, Gillian Anderson, Brid Brennan

3.5/5

Début des années 90, Collette est veuve et mère d’un petit garçon. Elle vit à Belfast et fait partie de l’IRA, surtout pour faire plaisir à ses frères. Alors qu’elle se trouve à Londres avec la mission de déposer une bombe dans le métro, elle se fait arrêter par les services secrets. L’un des agents, Mac, lui propose alors un marché, coopérer avec eux. Elle devra rentrer chez elle, et devenir leur indic. Soit elle accepte ce marché, soit elle sera arrêter pour terrorisme. Mac est persuadé qu’elle acceptera le marché, car Collette n’est pas une activiste convaincue, vu qu’elle n’enclenche jamais le mécanisme des bombes qu’elle est supposées faire exploser. Elle accepte le marché, pensant surtout à son fils qu’elle ne veut pas voir grandir sans mère. Elle rentre donc chez elle.

Shadow Dancer : photo Andrea Riseborough

La bande annonce m’avait intrigué, et puis le casting vient en bonus, sans parler du sujet qui m’intéresse aussi. Le film commence assez bien, on suit collette dans les couloirs du métro londonien, et la tension est déjà palpable. Ici, rien n’est glamour ou romancé. La situation dans laquelle se met Collette n’est pas enviable, tiraillée entre son amour pour sa famille, sa loyauté, et l’amour qu’elle a pour son fils, son espoir de le voir grandir, et de ne pas être traumatisé par la disparition de sa mère que ce soit par la prison ou par une exécution par l’IRA pour trahison, qui lui pend d’ailleurs au nez.

Shadow Dancer : photo Andrea Riseborough, Clive Owen

J’ai bien aimé que la relation entre Collette et son agent Mac ne vire pas au romantisme, bien au contraire. J’ai aussi beaucoup aimé voir Collette géré plus ou moins bien la situation, entre la pression que représente les attentes de Mac, la pression des soupçons du chef locale de l’IRA, celle de ses frères et de sa mère qu’elle ne veut pas trahir ou encore la confiance de son fils qui ne supporte pas quand sa mère n’est pas là et qui fait encore pipi au lit à son âge.

Shadow Dancer : photo Andrea Riseborough

Shadow Dancer : photo Brid Brennan

Le film est assez lent, passé le premier quart d’heure il ne se passe finalement pas énormément de chose durant l’heure qui suit, jusqu’à la fin, qui m’a surprise, deux rebondissements auxquels je ne m’attendais pas.

Shadow Dancer : photo Gillian Anderson

Shadow Dancer : photo Clive Owen

En bref, un film intéressant, un sujet intéressant, des personnages qui sortent des sentiers battus, surtout concernant Collette, et de très bons acteurs, à commencer par Andrea Riseborough, excellente dans le rôle de cette mère de famille qui ne veut pas perturber l’enfance de son fils, et puis ça fait toujours plaisir de revoir Gillian Anderson, même si ce n’est qu’un second role. Shadow Dancer est un film tout de même froid, c’est assez clinique dans sa manière de traité le sujet et ses personnages, et si on est assez tendu quant à leur destinée, on ne se sent pas trop attaché à eux non plus.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s