Edward Hopper au grand palais

L’Amérique d’Edward Hopper

J’adore depuis longtemps ce peintre américain assez à part, ces œuvres ont quelques choses de particuliers, de différents, il se dégage toujours quelque chose.

574

Au départ j’avais prévu d’aller au Withney museum pour voir les tableaux du peintre, au moment de mon passage à New York mais les peintures étaient déjà à Paris! Je voulais les voir durant les vacances de noel mais je en m’étais pas attendu à autant de succès et sur le net il ne restait que des places en nocturnes, donc j’ai du attendre ce vendredi pour y aller, en réservant. Et je vous conseille de le faire avant d’y aller si vous ne voulez pas attendre plusieurs heures dehors, à 15h30 l’attente était de trois heures sans réservation et le soir vers 17h l’attente était d’une heure.

https://i0.wp.com/www.ibiblio.org/wm/paint/auth/hopper/hopper.self-portrait.jpg

Personnellement, après 15 minutes de patience, j’ai pu entrée et je ne regrette pas les 13 euros que ça m’a couté!

L’expo reprend les œuvres de Hopper de manière chronologique, nous raconte ces études, l’influence de son professeur, Robert Henri. On y voit d’abord les premiers dessins, beaucoup d’illustrations qu’il a fait pour gagner sa vie, et puis ces premières peintures après ses nombreux séjours à Paris. On peut y voir certaines peintures d’artistes qui l’ont plus ou moins inspiré, comme certains tableaux de Degas, de Valloton, ou de John Sloan. Et puis j’ai découvert certains artistes que je ne connaissais pas comme Charles Burchfield et son tableau La promenade ou Orion and the moon. Puis les premières peintures de Hopper qui rappelle d’autres oeuvres de l’impressionnisme, et ces gravures très détaillées, gravures qui ont déterminées ses oeuvres futurs.

https://i2.wp.com/images.dcmooregallery.com/www_dcmooregallery_com/Orion_and_the_Moon_06061.jpg

Charles Burchfield, Orion and the moon

http://2.bp.blogspot.com/-v6Rx7DmfDXs/UIefg8MStBI/AAAAAAAAEqE/F_c-aRNjhwQ/s1600/Charles+Burchfield+-+Promenade+(1927).jpg

Charles Burchfield La promenade

Après on rentre dans le vif du sujets avec les peintures installées dans de grandes pièces bien éclairées, par décennies les années 20, 30, 40, 50 parmi certaines de ces œuvres les plus célèbres comme La fille à la machine à coudre, Chop suey, Nighthawks, Maison au bord de la voie ferrée, Railroad sunset, Summer, Sun in an empty room…

https://i1.wp.com/chatlibre.blog.lemonde.fr/files/hopperfenetlanuit1928r.jpg

https://i2.wp.com/www.cgfaonlineartmuseum.com/hopper/hopper10.jpg

https://i2.wp.com/www.ibiblio.org/wm/paint/auth/hopper/street/hopper.nighthawks.jpg

On peut y voir les thèmes qui reviennent souvent chez Hopper, New York et ses rues, ses appartements, les voies ferrées, les maisons isolées, les grands espaces, la solitude ou l’ennui de ces personnages, souvent l’impression que le peintre à peint un sujet depuis la fenêtre d’un train, d’une ligne aérienne, ou d’une fenêtre en face. On peut voir aussi tout son travail sur la lumière du jour, si blanche qui donne un aspect souvent glacé à ses peintures. Il nous montre souvent aussi à travers ses peintures, la course du soleil, les lignes jaunes qu’il trace dans les pièces d’un appartement, sur les façades des maisons, ou encore sa façon de peindre le ciel.

https://i0.wp.com/www.ibiblio.org/wm/paint/auth/hopper/interior/hopper.morning-sun.jpg

https://i0.wp.com/tb.pagesperso-orange.fr/image_hopper_summer.jpg

J’ai adoré l’expo, j’ai adoré voir l’évolution de son œuvre et de son art, j’aime ce qui se dégage des peintures de Hopper et les voir en vrai ça fait quelque chose!

https://i0.wp.com/www.ibiblio.org/wm/paint/auth/hopper/interior/hopper.sun-empty-room.jpg

L’expo est donc juste magnifique même si il manque un ou deux tableaux majeurs que je n’ai pas vu durant l’expo. Il y avait du monde, mais finalement je n’ai pas été gênée par la foule. Par contre, si des panneaux nous expliquent régulièrement l’évolution du peintre, ses rencontres majeures, les tableaux ne comportent aucune description ce qui est quand même dommage.

Pour finir, on passe devant la boutique et la librairie, prise d’assaut par les visiteurs, j’ai rarement vu autant de monde aux caisses! il faut dire qu’il y a du choix du plus abordable au plus cher et que c’est bien tentant, je suis d’ailleurs pas repartie les mains vides, impossible de résister!

Je vous conseil donc l’expo à ne pas rater, surtout que les œuvres de Hopper sont pour la grande majorité à New York, certaines sur Philadelphie et Chicago et que l’occasion de les voir réunit ne se représentera peut être pas de sitôt! l’expo est prolongée jusqu’au trois février.

Advertisements

2 thoughts on “Edward Hopper au grand palais

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s